Stock d'ivoire dans une boutique, Hong-Kong

Braconnage et commerce illégal de la vie sauvage

Les impacts du braconnage et du commerce illégal des espèces sauvages sont majeurs. La surexploitation des espèces sauvages représente la deuxième plus grande menace pour les vertébrés. Plus que jamais, il nous faut agir !

Un fléau pour la vie sauvage

Le triste sort des pangolins

Ces fourmiliers écailleux d’Asie et d’Afrique sont les mammifères les plus touchés par le commerce illégal dans le monde, avec environ 1 million d’individus capturés dans la nature au cours de ces dix dernières années (sans compter la consommation locale). Les 8 espèces sont menacées d’extinction principalement à cause du braconnage et du commerce international pour répondre à la demande en écailles et en viande en Asie.

Le commerce illégal de plantes et d'animaux terrestres et marins rapporterait plusieurs milliards d'euros par an aux réseaux qui l'orchestrent. L'estimation des revenus tirés du trafic des espèces sauvages le place au quatrième rang des activités criminelles transnationales les plus lucratives, après le trafic de drogues, de contrefaçons et d'êtres humains.

Encouragés par l'appât du gain et la faiblesse des risques judiciaires encourus, les braconniers, appuyés par de puissantes organisations criminelles, sont aussi bien organisés, équipés et financés qu’une armée. Ils ont parfois recours à des hélicoptères, des outils de vision nocturne et des tranquillisants vétérinaires. Ces bandes n’hésitent pas à opérer dans des territoires protégés ou emblématiques, comme les réserves naturelles, les parcs nationaux ou les sites naturels classés par l’Unesco, et sont prêts à en découdre avec les gardiens de ces espaces, parfois jusqu’à leur tirer dessus pour accomplir leur forfait.

Pour les espèces protégées, l’engrenage est infernal. Plus elles sont rares, plus leurs produits dérivés sont convoités, accentuant ainsi la probable disparition de l’espèce. Les éléphants d’Afrique sont l’une des grandes victimes du braconnage : entre 20 000 et 30 000 individus sont tués annuellement pour leur ivoire, menaçant notamment de disparition certaines populations d’Afrique de l’Ouest et centrale. Mais une multitude d’autres espèces parmi les plus connues, comme les rhinocéros, les tigres, ou encore les tortues marines, ou au contraire moins médiatiques comme les pangolins, les bois précieux ou des poissons par exemple, subissent le même sort.

Braconnage de rhinocéros en Afrique du Sud

Nombre de rhinocéros tués

Un trafic 2.0

Le crime portant sur les espèces sauvages n’est pas le fait de fermiers pauvres avec des fusils rouillés tirant sur des éléphants et des rhinocéros. Il est perpétré par des bandes très organisées, lourdement armées, bénéficiant de systèmes GPS et de moyens de locomotion rapides. Les braconniers sont généralement mieux équipés que les organismes de contrôle et ont des liens commerciaux s’élargissant aux organisations criminelles à travers le monde. 

Pour mener à bien leur entreprise, les trafiquants exploitent toutes les failles juridiques et technologiques. Ils s’appuient sur des réseaux structurés, particulièrement renseignés et très réactifs, qui trouvent sans cesse de nouvelles parades pour échapper aux lois et aux diverses mesures de coercition. Les trafiquants d’espèces sauvages tirent ainsi profit des itinéraires légaux du commerce international en ayant recours à des fraudes documentaires, la création de sociétés écran, etc. Mais surtout, le commerce illégal d’espèces sauvages s’invite sur les réseaux sociaux. Grâce au Web, le trafic prospère. Avec l’essor du e-commerce et des médias sociaux, les trafiquants atteignent de nouveaux marchés. Ils opèrent sur les différentes plateformes de vente en ligne, insuffisamment outillées pour détecter et retirer leurs annonces puis pour alerter les autorités.

Exploités par les trafiquants, les acteurs économiques sont ainsi des acteurs clés à mobiliser pour mettre un terme au commerce illégal d’espèces sauvages. C’est pourquoi, nous avons lancé, en 2018, la Coalition to End Wildlife Trafficking Online. Son objectif ? Inciter les entreprises majeures du numérique (Google, Facebook, Leboncoin, etc.) à adopter des mesures concrètes pour faire obstacle à cette activité illégale. A l’échelle de l’Union européenne, le WWF France contribue, par ailleurs, à renforcer les capacités des agents de contrôle et à mobiliser les entreprises de e-commerce et de livraison de colis pour appuyer le travail des autorités face au nouvel enjeu de la cybercriminalité.

 

Nos projets actifs

Sur la terre, dans la mer, les rivières ou dans les airs, le WWF s'emploie à mener des projets de conservation pour les espèces en danger. Notre objectif : améliorer leur état de conservation et celui des écosystèmes qui les hébergent.

Corne de rhinocéros vendue au marché noir d'Hanoï, Vietnam

Réduire la demande de cornes de rhinocéros au Vietnam

La demande en corne de rhinocéros en Asie, y compris au Vietnam, est l’un des facteurs majeurs du braconnage d'espèces en Afrique en particulier, et du commerce illégal qui en découle. Au Vietnam, si des efforts importants ont été réalisés d’un point de vue réglementaire, le changement de comportement des consommateurs devient un enjeu majeur pour lutter contre ce phénomène.

En savoir plus
Tigre de Sumatra (Panthera tigris sumatrae)

Protéger les tigres de Sumatra

A travers le "Programme Mondial de Restauration du Tigre" de 2010, l’Indonésie s’est engagée à accroître de 100% ses populations de tigres dans 6 paysages prioritaires et les niveaux d’occupation du territoire de 80%. L’objectif de l’Indonésie pour 2022 est d’avoir 650 tigres adultes sur son territoire. Le WWF soutient l’Indonésie dans cet engagement.

En savoir plus
Défense d’éléphants braconnés interceptées par des patrouilleurs anti-braconnage au Gabon

Wildlife Crime Initiative

En 2014, le WWF et TRAFFIC lancent une initiative conjointe de lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages - la Wildlife Crime Initiative (WCI) - pour réduire durablement le braconnage et le commerce illégal, à un point où les activités illégales ne menaceront plus les espèces sauvages.

En savoir plus
Ivoire braconné prêt à être brûlé par les éco-gardes au Gabon

Africa-TWIX : endiguer le braconnage en Afrique

Le projet Africa-TWIX, soutenu par le WWF, cherche à promouvoir le partage de l’information et la coopération entre les différents organismes de contrôle, à l’aide d’un outil internet (Africa-TWIX), dans le but de réduire le braconnage et le commerce illégal des espèces végétales et animales sauvages en Afrique. 

En savoir plus
Pangolin qui marche
Troupeau de zèbres (Equus burchellii), dans la Réserve Nationale Masai Mara (Kenya)

Ensemble, agissons

Pour mieux répondre à l'urgence écologique, le WWF France oeuvre à la sauvegarde des espèces emblématiques menacées.
Votre don est notre force.