Une bergère, son troupeau et ses chiens de protection dans un alpage en Haute-Savoie (France)

Entre Chien et Loup

La formule désigne ce moment de la journée, le soir ou le matin, où il fait trop sombre pour distinguer le grand carnivore de son cousin domestiqué. Comme si, de l’un à l’autre, il n’y avait pas tant de différence… L’expression a donc été choisie pour nommer notre programme d’aide à la cohabitation loup/pastoralisme initié dans la vallée de Chamonix, en Haute-Savoie, au pied du Mont-Blanc.

Source de conflits

C'est le nombre de loups ayant été abattus en France en 2019 selon les chiffres de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement Auvergne Rhône-Alpes.

Contrairement à une idée largement répandue, le loup n’a pas été réintroduit en France. Après avoir été éradiqué dans les années 30, il est revenu naturellement au début des années 90 en traversant la frontière italienne. Tandis que certains se réjouissent de ce retour spontané, d’autres le perçoivent comme une menace. Les éleveurs et les chasseurs, notamment, doivent réapprendre à vivre avec un prédateur opportuniste, qui adapte son alimentation aux proies disponibles. Si les ongulés sauvages sont ses cibles dominantes, il peut aussi s'en prendre au bétail domestique, ce qui hélas, est la source de nombreux conflits avec les hommes.

Dans les Alpes françaises, le changement des pratiques pastorales imposé par le retour des prédateurs est particulièrement mal vécu par la majorité des éleveurs et des bergers, surtout dans les zones d’élevage pour la viande, sans tradition de gardiennage continu. D’autant que ce malaise est exploité par certains politiques pour remettre en cause le statut d’espèce protégée du loup.

98. C'est le nombre de loups ayant été abattus en France en 2019 selon les chiffres de la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement Auvergne Rhône-Alpes, chargée de la mission loup pour tout le territoire français. Comme tous les grands carnivores, le loup est inscrit sur la liste rouge des espèces menacées de l’UICN en France. Depuis la signature de la convention de Berne en 1990, cet animal, qui peut vivre jusqu’à 14 ans, appartient à la catégorie des espèces protégées. Cependant, le conflit Homme-loup continue de peser sur la survie de l’espèce.

Le programme "Entre chien et loup" en 3 minutes

Accompagner les éleveurs

« Des bénévoles font l’effort de venir passer du temps pour parler de la prédation et des chiens de protection donc je trouvais intéressant d’ouvrir la discussion. »

Anne est éleveuse et bergère en Haute-Savoie

Le WWF est convaincu que la conservation des grands carnivores ne pourra se faire sans une acceptation par la profession agricole. Pour nous, la meilleure façon de protéger les populations de loup est d’aider et accompagner le travail des éleveurs confrontés à la prédation. Dans le cadre du projet “Entre chien et loup”, avec l’aide de bénévoles WWF, nous déployons différentes actions en ce sens.

En mai 2021, nous avons notamment lancé un chantier d’aménagement pastoral sur l’alpage de Blaitière, en Haute-Savoie. Une équipe de bénévoles a pris part à la construction d’une bergerie en dur à 2200 m d’altitude, participant activement au terrassement préalable à la maçonnerie. Le bâtiment permettra aux éleveurs de rentrer leur troupeau le soir afin de le protéger des attaques de loup. 

Au cours de l’été 2021, le temps d’un week-end, des bénévoles sont venus prêter main forte, sur les exploitations ou en alpage. En effet, protéger son troupeau de la prédation demande du temps,de l’énergie et parfois, des travaux : porter les filets, les mettre en place, monter les croquettes en alpages, créer des parcs en dur pour la contention des troupeaux... 

D’autres chantiers seront organisés en 2022, comme l’aide au gardiennage. C’est également un coup de pouce précieux pour les éleveurs. Pendant quelques jours, un ou plusieurs éco-volontaires viennent aider le berger dans son quotidien. Inspirée par d’autres programmes tels que Pastoraloup, mis en œuvre dans les Alpes du sud, ou Pasturs, en Italie, cette action est une véritable expérience de vie pour les bénévoles, présents pendant plusieurs jours auprès du troupeau en alpage.

La mission principale est généralement de surveiller le troupeau la nuit pendant que le berger se repose. Dans une tente au pied du troupeau, les bénévoles éco-volontaires sont équipés de caméras thermiques et de lampes afin de prévenir la prédation sur le troupeau. Selon l’alpage, les besoins du berger et les envies des bénévoles éco-volontaires, ils peuvent aussi assister le berger dans ses différentes tâches : nourrir les chiens, soigner les bêtes, installer les parcs de regroupement… Au préalable, pour participer à ces différentes missions, les volontaires s’inscrivent comme bénévole au WWF France puis suivent une formation pour découvrir le métier de berger et les problématiques liées au pastoralisme et au loup.

Sensibiliser les usagers de la montagne

En 2021, 33 bénévoles WWF ont été mobilisés. Nous avons sensibilisé plus de 1200 personnes sur quatre alpages. 

Locaux ou touristes de passage, les usagers de la montagne sont également concernés par le retour du loup dans les Alpes. Via le projet Entre chien et loup, par groupe de 3 ou 4, des bénévoles éco-volontaires, accompagnés d’un salarié du WWF, partent à la rencontre des randonneurs, VTTistes, trailers et habitants, pour discuter du pastoralisme et du loup. La problématique centrale pour ce public n’est pas de se retrouver nez à nez avec un loup, l’espèce étant très craintive, la probabilité est quasi nulle, mais plutôt de croiser un chien de protection, le fameux patou, par exemple. Pour bon nombre de personnes, se retrouver face à ces chiens n’est pas une situation familière et peut être source de peur. De même, la méconnaissance du métier de berger, et du pastoralisme en général, peut conduire les touristes à adopter un comportement inapproprié en présence de troupeaux, ajoutant, en plus du risque de prédation, un surplus de stress et de travail pour les éleveurs et les bergers. 

Les volontaires reçoivent donc, en amont, une formation objective sur les fondamentaux du monde de l’élevage, de la problématique du loup et du comportement des chiens, afin de pouvoir informer au mieux sur les attitudes à adopter en présence d'un troupeau. Le but est de pouvoir dialoguer, expliquer et répondre aux questions des usagers de la montagne, sans parti pris.

Loup se baladant dans une forêt en Italie

Ensemble, agissons

Le WWF œuvre à la conservation des espèces menacées sur tous les continents. Aidez-nous à poursuivre nos actions au plus près du terrain.
Votre don est notre force.

Les glaciers alpestres, symboles du réchauffement climatique

Restez informés des dernières actualités

Abonnez-vous et recevez les dernières nouvelles du WWF et du projet "Entre chien et loup" dans votre boîte mail.