Fruit du palmier à huile

Scorecard huile de palme : évaluation des entreprises quant à leur utilisation d’huile de palme responsable

L’huile de palme a envahi notre quotidien : elle est présente partout, depuis notre margarine jusque dans nos cosmétiques. Si les pratiques mises en oeuvre ne sont pas responsables, sa culture peut dévaster des forêts entières, des populations d’animaux sauvages, des communautés et contribuer au bouleversement climatique. Il est donc urgent d’agir afin d’éviter le point de non-retour.  

Omniprésente dans notre quotidien

Produit bon marché, l’huile de palme est aujourd’hui présente dans bon nombre de produits que nous consommons. Issue du palmier à huile, on la retrouve aussi bien dans nos produits alimentaires que dans les cosmétiques, peintures, lubrifiants, laques que nous utilisons quotidiennement, ainsi que dans les agrocarburants. On estime ainsi qu’une famille française avec un enfant a besoin d’un palmier à huile pour couvrir ses besoins annuels. En 2004, l’huile de palme devient la première huile produite au niveau mondial et elle représente aujourd’hui 39% des volumes d’huiles végétales produits à la surface du globe.  

L’Indonésie et la Malaisie produisent à elles seules 85% de l’huile de palme consommée dans le monde. Le reste est produit dans des pays tropicaux d’Asie, d’Afrique et d’Amérique Latine. L’huile de palme joue un rôle économique majeur dans ces régions. Sa récolte nécessite une importante main d’œuvre, elle constitue donc pour les populations rurales une opportunité de sortir de l’extrême pauvreté. Aujourd’hui, plus de 2 000 compagnies privées de plantation de palmiers à huile, appartenant à près de 800 groupes différents, opèrent en Indonésie ; la plupart d’entre elles dispose de capitaux majoritairement indonésiens.

À l’horizon 2030, en considérant la demande croissante en huile de palme à des fins alimentaires et énergétiques, la FAO estime que les volumes produits devront être deux fois supérieurs à ce qu’ils étaient en 2000.

Part de l'huile de palme au sein de la production mondiale d'huile végétale

Huile de palme
Autres

En 2004, l’huile de palme devient la première huile produite au niveau mondial et elle représente aujourd’hui 39% des volumes d’huile végétale produits à la surface du globe.  
 

Une production destructrice

Chaque année en Indonésie, 1 million d’hectares de forêt disparaît.

Afin de répondre à une demande sans cesse grandissante, la production d’huile de palme doit croître. Or, dans les zones tropicales humides où elle s’effectue, les plantations se font au détriment des forêts naturelles denses. Au cours des deux derniers siècles, 90% des forêts malaisiennes et indonésiennes ont été détruites et ce en grande partie à cause de l’exploitation des palmiers à huile.

La biodiversité est la première à pâtir de cette situation. En effet, des espèces menacées, dont le rhinocéros, l’éléphant, le tigre et l’orang-outang, ont perdu leur habitat et sont, par conséquent, proches de l’extinction. Il est ainsi estimé qu’une plantation de palmier à huile réduit de 90% minimum le taux de biodiversité par rapport à une forêt tropicale primaire.

Les communautés autochtones sont également menacées. Lorsqu’elles ne sont pas directement expropriées, en perdant leurs forêts, elles se voient privées, pour certaines, de leur seul moyen de subsistance ainsi que des services écologiques essentiels tels que la dépollution naturelle de l’eau et des sols ou encore la régulation hydrologique permettant d’éviter les phénomènes de crue et d’inondation. En Indonésie, on estime d’ailleurs que près de 40% de la population dépend de la forêt qui représente pour eux une ressource inestimable.

La déforestation a enfin un impact non négligeable sur le changement climatique. Décimées, les forêts ne peuvent plus exercer leur fonction de stockage de carbone, les gaz à effet de serre jusqu’alors absorbés par les arbres sont désormais relâchés dans l’atmosphère.

Plantation d'huile de palme à Sumatra ( Indonésie )
Plantation d'huile de palme à Sabah ( Malaisie )

Des scorecards pour informer le consommateur

Le WWF travaille également avec les institutions financières pour les encourager à investir dans des entreprises responsables et avec les gouvernements pour qu’ils mettent en œuvre de meilleures politiques foncières instaurant des conditions favorables à la production d’une huile de palme durable.

Le WWF est engagé depuis longtemps en faveur de l’huile de palme durable et participe notamment à la RSPO (table ronde sur l’huile de palme durable). Cette organisation regroupe tous les acteurs du secteur dans le but de développer et de mettre en application des normes à l’échelle mondiale concernant la production d’huile de palme durable.

Pour promouvoir une production responsable d’huile de palme, le WWF ne se contente pas de participer activement à la RSPO afin d’en améliorer les exigences d’un point de vue environnemental. Aujourd’hui, le WWF travaille avec les différentes parties prenantes de la chaîne d’approvisionnement en huile de palme : avec les producteurs pour les aider à améliorer leurs pratiques, avec les distributeurs pour faire en sorte qu’ils contrôlent ce qu’ils achètent et ce qu’ils vendent et exigent une huile de palme responsable, et avec les utilisateurs d’huile de palme pour les inciter à acheter des produits certifiés.

Ainsi, nous avons établi des classements ou “scorecards” dont l’objectif est de dresser un état des lieux mesurant les efforts qui restent à accomplir par les entreprises en matière d’approvisionnement en huile de palme 100% certifiée responsable. Nous évaluons les politiques d’approvisionnement en huile de palme de plus de 137 entreprises mondiales de distribution de produits de consommation et de services de restauration, dont 17 françaises, en fonction de quatre critères : être membre actif de la RSPO, s’engager publiquement à utiliser de l’huile de palme certifiée RSPO, communiquer, en toute transparence, sur les volumes d’huile de palme consommés et publier, de façon publique quels volumes d’huile de palme certifiés RSPO ou issus d’un autre mode de production durable sont utilisés par l’entreprise.

Agrocaribe, une entreprise du Guatemala qui a reçu le certificat RSPO

Agrocaribe, une entreprise du Guatemala qui a reçu le certificat RSPO

Encore de nombreux efforts à faire

Cette année, le WWF a porté une attention toute particulière à mesurer la concrétisation de ces promesses.

L’édition 2016 du Scorecard WWF montre que si certaines entreprises ont pris de bonnes décisions concernant leur approvisionnement en huile de palme, beaucoup de firmes n’ont pas tenu leurs engagements vis-à-vis des consommateurs. En effet, certaines n’agissent en rien pour endiguer la déforestation et limiter l’impact de la production d’huile de palme. Nous avons constaté que 21 entreprises n’ont pas atteint leurs objectifs.

On relève, également, que la taille de celles-ci n’est pas un frein à l’approvisionnement en huile de palme certifiée. Les très gros acheteurs d’huile de palme comme Ferrero, PepsiCo ou Unilever transforment l’industrie par un effet d'entraînement sur les structures plus petites grâce à leurs volumes significatifs d’achat d’huile de palme certifiée. Certains de ces acteurs se sont d’ailleurs engagés à aller au-delà des exigences de la RSPO.
En 2016, l’évaluation du WWF a, en outre, examiné avec quelle rapidité les entreprises passent du simple achat de certificats à l’approvisionnement physique en RSPO. Seules 3 entreprises ont utilisé à 100 % de l’huile de palme RSPO ségrégée en 2015, à savoir Arnott’s, Danone et Ferrero .

En France, Carrefour, Casino, Sodexo, L’Oréal ou Super U font office de bons élèves. L'Oréal, notamment, s'est engagée dans une politique ambitieuse d’approvisionnement en huile de palme responsable et de ses dérivés qui couvrent l'ensemble de ses marques et de ses opérations.
Pour prendre plus ample connaissance des résultats, le WWF invite les consommateurs à se rendre sur le site palmoilscorecard.wwf.panda.org.

Femme récoltant ses légumes, qui ont poussé grâce à un système d'irrigation goutte à goutte, dans le cadre du programme du WWF Chemi Chemi Dry Land Women's Farming (Kenya)

Ensemble, agissons

Pour mieux répondre à l'urgence écologique, le WWF France milite pour la transition vers des systèmes alimentaires durables.
Votre don est notre force.