WWF Madagascar / Tony Rakoto

Un Barefoot College pour Madagascar

Avec plus de 24 millions d’habitants, Madagascar fait aujourd’hui face à l’un des plus grands défis de son histoire : l’électrification de son territoire. Seule une minorité des ménages, notamment présents dans les régions dynamique du pays, ont un accès à l’électricité. Le WWF, en partenariat avec le Barefoot College, agit activement pour remédier à cette situation.

L’électricité, une ressource encore trop rare à Madagascar

Une énergie coûteuse !

Énergie20%
Reste80%

Pour les ménages isolés de Madagascar, la part du budget allouée à l’énergie peut représenter jusqu’à 20% de leurs revenus.

Madagascar est une île en développement. Seul 16% de la population malgache a accès à l’électricité, en milieu rural ce taux chute à 4,7%. Si l’extension du réseau est réelle, seuls les villages bénéficiant d’un certain niveau de développement économique sont véritablement concernés.
L’accès à l’électricité dans les villages ruraux isolés pauvres est ainsi délaissé. Cela concernerait pourtant près de 8,7 millions de personnes.

Faute d’électricité, ces habitants n’ont d’autres choix que de se tourner vers les lampes à pétrole et à pile, alternatives à la fois coûteuses mais également risquées pour la santé de leurs utilisateurs car elles polluent les intérieurs et peuvent être à l'origine de certaines maladies. Les ménages se voient alors enfermés dans le cercle vicieux de la pauvreté : faible niveau d’instruction et moyens de subsistance précaires - souvent à travers l’exploitation destructive des ressources naturelles.
C’est dans cette situation de dénuement et d’isolement que les femmes malgaches s’efforcent d’assurer un certain bien-être dans leur foyer, une lutte quotidienne sans perspective d’épanouissement et d’un futur meilleur pour leurs enfants.

Pour faire face aux difficultés rencontrées par les ménages ruraux isolés, l’État malgache a adopté en 2015 la Nouvelle Politique de l’Énergie (NPE). Celle-ci prévoit notamment que d’ici 2030, 70% des ménages devraient avoir accès à une source d’éclairage moderne et à l’électricité. Compte tenu du niveau élevé d’ensoleillement dans le pays, la promotion de lampes solaires et de systèmes solaires photovoltaïques fait partie des orientations définies.

Témoignages de Berthe, Dotine, Florette, Germaine, Lydia, Philomène et Zafitsiha, premières élèves de la promotion 2013 du Barefoot College (vidéo sous-titrée en anglais)

L’approche « Femme Ingénieure Solaire » du Barefoot College

Dans le cadre d’un partenariat international entre le WWF et le Barefoot College, l’approche « Femme Ingénieure Solaire » a été initiée à Madagascar en 2012 avec 7 femmes issues de deux villages du Sud-Est de Madagascar. Ces femmes, pour la plupart mères ou grand-mères, ont été recrutées selon plusieurs critères : avoir un faible, voire aucun, niveau de scolarité, avoir un statut social modeste et avoir entre 35 et 50 ans.

Suite de leur sélection, ces femmes ont rejoint d’autres femmes originaires de villages reculés de différents pays du monde pour participer à la formation organisée par le Barefoot College. Pendant 6 mois elles ont appris à identifier des composants électroniques par leur forme et leur couleur, à exécuter des tâches techniques en suivant des exemples et à acquérir les compétences nécessaires au montage, à l’installation, à l’utilisation, à la réparation et à la maintenance de systèmes solaires en suivant des instructions mimées, la langue étant une une véritable barrière.

De retour à Madagascar, ces « femmes ingénieures solaire » ont pu équiper près de 400 ménages en systèmes solaires photovoltaïques destinés à l’éclairage, à l’écoute de radio et à la recharge de téléphone. Elles en assurent également l’entretien et la réparation.
Par ailleurs, chaque village dispose d’un atelier de travail destiné aux femmes, baptisé « maison solaire ». Chaque ménage bénéficiaire contribue à hauteur de 3 000 à 10 000 Ar/mois (env. 1-3 €/mois) afin d’assurer la rémunération des techniciennes et le renouvellement de composants en fin de vie.

Vers une démocratisation de la démarche

À terme, 630 000 ménages malgaches devraient bénéficier des nouveaux équipements solaires grâce aux « femmes ingénieures solaire ».

 

L’approche « Femme Ingénieure Solaire » a apporté des changements positifs à la vie de la communauté. Bien plus qu’un éclairage moderne, l’initiative a prouvé qu’en mettant les participantes en contact avec d’autres femmes de diverses nationalités, une dynamique culturelle et sociale pouvait créer. Les participantes reviennent au pays motivées et désireuses de contribuer activement à la vie communautaire.

L’exemple de l’initiative « Femme Ingénieure Solaire » encourage les communautés à recourir à des pratiques et activités génératrices de revenus durables qui réduisent leur dépendance à l’exploitation des ressources naturelles. L’accès à une source d’énergie propre a aussi significativement amélioré le niveau de santé des familles. Enfin, avoir plus de lumière en soirée permet aux enfants de réviser leurs leçons, impact non-négligeable pour la scolarité des élèves. Le succès de cette première expérience a suscité l’intérêt de nombreux acteurs du développement ainsi que celui du Ministère en charge de l’Énergie, justifiant ainsi sa mise en œuvre à l’échelle nationale.

En 2015, le Ministère en charge de l’Énergie a décidé de développer un programme national de mise à l’échelle de l’approche Barefoot College à Madagascar pour l’accès à l’éclairage moderne et à l’électricité des ménages ruraux isolés en complémentarité des autres approches d’électrification rurale. Acteurs clés de ce projet, le WWF et le Barefoot College sont chargés d’apporter leur assistance technique. Un centre de formation Barefoot College à Madagascar est envisagé avec pour ambition de permettre la constitution d’un réseau de 744 femmes d’ici 2030.  

Ensemble, agissons

Pour mieux répondre à l'urgence écologique, le WWF France met tout en oeuvre pour contenir le dérèglement climatique en dessous de 1,5°C.
Votre don est notre force.