30. juillet 2018 — Communiqué de presse

Montagne d'Or : le gouvernement contraint de lancer une mission d’inspection interministérielle

Après quatre mois de débat public dont les conclusions sont attendues pour septembre, le secrétaire d’État Sébastien Lecornu a annoncé, à l’occasion de son déplacement en Guyane, la tenue d’une mission interministérielle sur le projet Montagne d’Or. C’est un nouveau camouflet pour les promoteurs de cette mine d’or industrielle qui suscite une opposition croissante en Guyane. Sept Guyanais sur 10 se déclarent opposés à ce projet et ce mercredi 25 juillet, 200 personnes se sont à nouveau rassemblées pour appeler à l’abandon de la Montagne d’Or.

Montagne d'Or : désastre écologique et mirage économique

Montagne d'Or c'est une fosse minière gigantesque à proximité immédiate de deux réserves biologiques intégrales

Le projet de mine industrielle Montagne d'Or, porté par les multinationales russe Nordgold et canadienne Columbus Gold, vise l’exploitation d’un filon aurifère estimé à 85 tonnes.

Le projet, s’il devait voir le jour, utiliserait des quantités astronomiques de fuel, cyanure et explosifs, provoquerait la destruction de plus de 1500 hectares de forêts, créerait une fosse minière gigantesque à proximité immédiate de deux réserves biologiques intégrales, génèrerait de l’ordre de 300 millions de tonnes de déchets miniers, induirait une charge considérable sur le réseau électrique guyanais, et nécessiterait un coût public de plusieurs centaines de millions d’euros, pour un bénéfice dérisoire sur le long terme. Ces différentes faiblesses ont été rappelées durant le débat public, malgré la réticence du promoteur à se soumettre à cet exercice de transparence.
 

Ce signal gouvernemental, annoncé avant même les conclusions du débat public, montre à quel point cette initiative industrielle se distingue par ses nombreuses faiblesses.

Un projet dont les failles se distinguent une fois de plus

Au cours de son déplacement en Guyane, le secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, a insisté sur les zones d’ombre persistantes autour de ce projet. Pour le WWF France, l’annonce de la mobilisation d’une mission d’inspection interministérielle illustre le besoin pour l’État de bénéficier de paramètres précis sur l’ensemble du périmètre d’un tel projet, que le promoteur aura été dans l’incapacité de fournir. 

Après s’être illustré localement en boycottant une rencontre avec les autorités amérindiennes, Montagne d'Or se distingue maintenant nationalement en générant une mission d’inspection interministérielle.

Vue aérienne de la forêt amazonienne au Brésil

Vue aérienne de la forêt amazonienne

Il est temps d'abandonner Montagne d'Or

Ce projet est ainsi devenu le symbole d’approches archaïques centrées vers l’exploitation non durable de ressources locales au bénéfice d’investisseurs internationaux. C’est aussi un gouffre pour l’argent des contribuables et une aberration écologique ! 

En rappelant qu’il n’y avait pas de place en France pour des mines non exemplaires, Sébastien Lecornu confirme ainsi la prise de distance du gouvernement français vis-à-vis du projet. Le WWF France considère qu’il est temps d’acter la sortie du projet Montagne d’Or et encourage le gouvernement à poursuivre son engagement auprès des nombreuses filières durables présentes en Guyane, et dont la structuration sera porteuse de retombées socio-économiques fortement attendues.

Forêt malgache, Parc amazonien de Guyane

Stop Montagne d'Or !

Ensemble, stoppons ces projets qui creusent la dette écologique de la France !