08. février 2018 — Communiqué de presse

Nouvel inventaire aérien du dauphin de Guyane

Le dauphin de Guyane aussi appelé « Sotalie », ou « marsouin » en créole, est une espèce endémique des côtes Est de l’Amérique du Sud. Considéré comme l’un des plus petits dauphins du monde, le dauphin de Guyane a récemment été classé « en danger » dans la Liste Rouge de l’UICN des espèces menacées de Guyane.

Equipe du WWF dans un hélicoptère lors d'un survol aérien pour la reconnaissance des dauphins de Guyane

Plusieurs contrôles aériens

Afin de mieux connaître les effectifs et la répartition du dauphin de Guyane, le WWF réalise des inventaires aériens depuis 2013, sur la base d’un protocole standardisé.

Le dauphin de Guyane a une aire de répartition très limitée qui coïncide avec des zones de pêche non sélectives. En raison du manque de connaissances actuelles, cette espèce est classée « données insuffisantes » sur la Liste Rouge de l’IUCN et « en danger » sur celle des espèces menacées en France.

Un premier inventaire régional, en 2013, avait permis de confirmer la présence, très côtière, du dauphin sur l’ensemble du littoral guyanais. Cette campagne avait été complétée en 2015, par le premier survol transfrontalier entre la Guyane et le Suriname.

Ce dernier, mené entre Paramaribo et Kourou avait révélé des différences significatives dans la répartition des dauphins entre les deux pays : en Guyane, ceux-ci sont essentiellement répartis le long des côtes, tandis qu’au Suriname, ils n’ont été détectés que dans l’estuaire du fleuve Suriname.

Présent toute l’année dans la région le long du littoral et dans les estuaires, la zone de répartition du dauphin se limite uniquement aux zones côtières, ce qui inclut des risques d’interaction avec différentes menaces potentielles.

Un comptage stratégique

Nombre de dauphins de Guyane observés lors des survols dans la zone survolée

Avec 26 groupes de dauphins identifiés, pour un total d’environ 146 individus, ce comptage confirme la présence marquée de l’espèce autour des zones rocheuses (îles du Salut, presqu’île de Cayenne), mais aussi dans l’ouest guyanais, au large de la réserve naturelle de l’Amana notamment.

Dans cette zone, ont également été repérés 2 lamantins, et un groupe de 6 dauphins stenelle plus au large. Par contre, comme pour les survols précédents, la présence du dauphin de Guyane se confirme moins importante dans la partie Est des eaux territoriales avec seulement 4 groupes recensés entre la rivière de Cayenne et l’estuaire de l’Oyapock.

D’autres espèces pélagiques ont pu être identifiées telles que des raies pastenague et manta, des requins et des poissons pélagiques de grandes tailles. Deux espèces d’oiseaux migrateurs, un pélican brun et des spatules roses, ont également été repérées dans l’estuaire de la Malmanoury.

L'objectif du comptage

Les données récoltées lors de ces survols permettent, entre autres, d’améliorer nos connaissances sur l'espèce. 

La réalisation régulière de ce type de comptage permet un suivi en temps réel du dauphin de Guyane, en collectant des données sur la distribution et les effectifs de l’espèce. Ces données pourront améliorer nos connaissances sur l'espèce notamment pour l'estimation du statut de ce dauphin, et contribuer à protéger cette espèce emblématique de Guyane.

En complément, l’implication active des socioprofessionnels de la pêche, et les nouveaux dispositifs de patrouille et de lutte contre la pêche illégale, pourront fournir un contexte favorable au maintien des effectifs du dauphin dans son territoire de prédilection.

Dauphin de Guyane (Sotalia guianensis) observé par l'équipe du WWF Guyane (Guyane Française)

Ensemble, agissons

Le WWF œuvre à la conservation des espèces menacées sur tous les continents. Aidez-nous à poursuivre nos actions au plus près du terrain.
Votre don est notre force.