Fonte d'un iceberg en Arctique
Retour
25. novembre 2016

COP 22 : les Etats confirment leurs engagements

Premier test de résistance réussi face à l’effet Trump. N’en déplaise au nouveau président américain qui s’est clairement rallié au camp des climato-sceptiques tout au long de sa campagne, à la conclusion de la COP22 de Marrakech, 111 pays ont ratifié l’Accord de Paris soulignant son importance historique

L’urgence climatique

Les effets du réchauffement climatique se font déjà sentir et d’ici à 2050, un milliard d’êtres humains pourraient subir l’exode climatique, avec des détresses alimentaires, sanitaires et sécuritaires jusqu’ici insoupçonnées.
Certes, la  21ème conférence des Parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) s’est conclue sur un accord universel historique. Pour la première fois, 195 pays se sont fixés l’ambition de poursuivre la limite des 1.5°C d’ici la fin du siècle. Mais rien n’est joué car pour tenir leurs engagements, les Etats doivent désormais se mobiliser sur des plans d’actions rapides et solides. Comment mettre en application l’accord de Paris sur le climat ? Cette question aura été au cœur des négociations de la COP22 de Marrakech intervenant dans un contexte plutôt défavorable, au lendemain de l’élection du président climato-sceptique américain qui a annoncé dans son programme vouloir retirer les Etats-Unis de l’accord de Paris…

Réservoir d'eau pratiquement asséché (Royaume-Uni)

Mobiliser tous les acteurs

Les équipes du WWF se sont mobilisées tout au long de la COP22 pour faire en sorte que ce nouveau rendez-vous climatique donne corps à la promesse de l’Accord de Paris.

Afin que la COP 21 aboutisse à un accord international ambitieux pour l’après 2020, le WWF s’est efforcé de mobiliser l’ensemble des acteurs : les décideurs bien entendu, qu’il s’agisse des gouvernements ou des entreprises, mais aussi les citoyens qui, en se regroupant, sont en mesure de peser sur les choix politiques et économiques pour plus d’ambition climatique.
La campagne 2°c’est déjà trop, déclinant une série de visuels où des animaux se noient sous le mercure grimpant a notamment réuni plus de 70 000 visiteurs sur son site dédié et a permis de récolter 20 000 signatures pour sa pétition ainsi que 400 000 € de dons. 

Signature aux Nations Unies (New York) de l'Accord de Paris

Une première victoire

A Marrakech, la COP dite « de l’action », était centrée sur les règles de mise en œuvre de l’accord de Paris. Dans le contexte des récentes élections américaines avec l’arrivée au pouvoir d’un climato-sceptique, les discours des chefs d’Etat étaient très attendus. Or, les pays ont clairement réitéré leurs engagements. Certains d’entre eux ont aussi commencé à remettre leurs stratégies de décarbonation à long terme. Via le Climate Vulnerable Forum, 50 pays se sont engagés à revoir et à améliorer leurs objectifs de réductions d’émissions en 2018 et à passer à 100% d’énergies renouvelables dès que possible.
Face à l’effet Trump, le monde de l’entreprise a également affiché sa résistance. 360 enseignes, américaines ou présentes sur le marché américain, ont signé un appel demandant que l’accord de Paris soit appliqué. Un signal fort qui montre que de plus en plus d’entreprises semblent avoir compris qu’un monde à 4 ou 5 degrés de réchauffement est totalement incompatible avec la prospérité, y compris la leur…