Retour
12. juin 2020

Mobilisation record pour le monde d’après

Plus de 165 000 participants, 20 000 propositions et 1,7 million de votes. La consultation que nous avons lancée pour inviter les citoyens français à s’exprimer sur l’après COVID a été un succès. Il est temps de ne plus recommencer comme avant !

Une crise écologique

C'est le pourcentage des maladies infectieuses générées par les zoonoses, depuis 70 ans.

La crise sanitaire du COVID-19 s’ajoute à nombre d’autres maladies qui sont apparues au cours des dernières décennies. Comme les virus SRAS, Ebola, MERS, Zika et de la grippe aviaire, le COVID-19 a été transmis de l’animal à l’Homme. Ces maladies, appelées zoonoses, représentent 60% des maladies infectieuses émergentes depuis 1940. La surexploitation de la nature par l’Homme est l’un des facteurs à l’origine de la propagation de ces nouvelles maladies. En cause : la destruction d’écosystèmes naturels qui réduit le territoire des espèces sauvages qui sont amenées à se rapprocher des populations humaines augmentant ainsi les risques de contamination et réciproquement. Le braconnage, et le commerce illégal et incontrôlé d’animaux sauvages risquent de continuer à nous exposer à ce type de virus et d’autres agents pathogènes, et d’urgence sanitaire publique, en plus de contribuer à la disparition d’espèces sauvages menacées.

Les pressions que nous exerçons sur la nature à travers nos modes de consommation et de production non soutenables sont en grande partie à l’origine des drames écologiques et sanitaires auxquels nous sommes confrontés. Et si la pandémie COVID-19 était un nouveau signal de l’urgence à changer nos modèles de société et prendre les mesures qui s’imposent ?

La forêt amazonienne déforestée en Colombie.
Vue aérienne de la forêt amazonienne au Brésil

La surexploitation de la nature par les activités humaines contribue à la propagation de certaines maladies.

Donner la parole aux citoyens

Pensons dès maintenant le monde de demain !

Ensemble, nous sommes la solution. C’est notre conviction profonde. C’est pourquoi nous avons invité des milliers de citoyens français à participer à la consultation Crise COVID-19 : comment inventer tous ensemble le monde d’après ? Initiée par la Croix-Rouge française, Make.org, le Groupe SOS et le WWF France, en partenariat avec Unis-Cité et le Mouvement UP, elle s’est déroulée du 10 avril au 25 mai 2020 sur la plateforme make.org.

Le coup d’envoi de cette consultation massive a été donné lors du festival 100% virtuel L’Académie du monde d’après, organisé par la Meute d’amour. Les samedi 11 et dimanche 12 avril de 15h à 23h l’événement a rassemblé 250 personnalités, des citoyens et citoyennes engagées, des scientifiques, des artistes, des soignants, des intellectuels... Un seul mot d’ordre : pensons dès maintenant le monde de demain, pour qu’il n’y ait « pas de retour à l’anormal ». Le festival était accessible en direct sur Zoom, retransmis sur YouTube et Facebook. 
 

alimentation produits locaux , Norfolk (Royaume-Uni)
Des pancartes pour la marche et le vélo dans une ville urbained à Vancouver, au Canada.
Des déchets de plastique échoués sur la plage de Watamu (Kenya)

Des pratiques plus durables et éco-responsables sont indispensables pour le monde d'après.

Les français au rendez-vous

Environ 20 000 propositions ont été faites par les participant·e·s de la consultation pour penser un monde d'après plus soutenable.

La consultation a comptabilisé plus de 165 000 participants, 20 000 propositions et 1,7 million de votes ! C’est dire si le sujet préoccupe nos concitoyens. Leur participation massive révèle un besoin de s’exprimer dans cette période difficile et le désir d’être associés aux décisions clés pour la construction du monde de l’après crise. Parmi les différentes idées exprimées, 14 ont été jugées prioritaires.

Coté consommation, les participants appellent à favoriser le local et les circuits de proximité, à se diriger vers une agriculture alternative, à limiter la production de déchets, notamment les emballages et le plastique et favoriser le recyclage. La durée de vie des produits doit être prolongée. Ils souhaitent que certains secteurs économiques stratégiques soient relocalisés en France et en Europe. Ils demandent également à ce que l’éducation soit repensée en faveur de l'humain et de l’environnement que ces deux derniers soient mis au cœur des politiques publiques et de la fiscalité. Les villes disent être plus durables, les mobilités écologiques doivent être encouragées au détriment des transports polluants. Pour eux, il est impératif de mieux considérer les métiers essentiels. Ceux de la santé doivent notamment devenir plus attractifs et les hôpitaux doivent bénéficier de plus de moyens. Il faut revoir en profondeur notre modèle économique pour le faire évoluer vers un système plus soutenable. Bien entendu, il est essentiel de protéger la biodiversité, les espèces et leur milieu. Enfin, nous devons améliorer notre fonctionnement démocratique en donnant plus de pouvoir d'action et de décision au citoyen.

De ces idées doivent maintenant naître des mesures concrètes ! C’est pourquoi nous nous engageons à traduire les propositions les plus plébiscitées en propositions d’actions pour influencer le plan de relance sur lequel travaille actuellement le gouvernement.
 

Tous les Effet Panda

La forêt amazonienne déforestée en Colombie.

Covid-19 : faire face à la crise

La crise sanitaire, sociale et économique générée par la pandémie COVID-19 est sans précédent. Si l’urgence est de contenir la crise sanitaire, il nous faut dès maintenant penser au jour d’après et réduire notre impact sur la nature.