Retour
24. octobre 2019

Une espèce de tortue ressuscite en Equateur

C’est un petit miracle… Une tortue géante, présumée disparue depuis plus d'un siècle, est de retour sur les îles Galápagos !

Une proie facile

Partout dans le monde, les effectifs des tortues sont en baisse...

On raille souvent leur lenteur. Pourtant, les tortues peuplent la terre depuis plus de 200 millions d’années. Elles ont côtoyé les dinosaures et surmonté toutes les crises climatologiques. Après tant de chemin parcouru sans encombre, ces doyennes arriveront-elles à survivre à leur principal ennemi : l’homme ? Partout dans le monde, leurs effectifs sont en baisse. En cause, le braconnage des animaux adultes et le prélèvement des œufs pour la consommation humaine. Dans de nombreux pays, on attrape les jeunes tortues qui sont « empaillées » et vendues comme souvenir aux touristes. Les œufs, considérés comme un aphrodisiaque, sont mangés crus ou vendus comme « snacks » dans les bars et les restaurants.

Malgré les lois et les réglementations visant à protéger les tortues en vigueur dans nombre de pays, la vente illégale de viande et de carapaces continue à prospérer. D’autant que, cercle vicieux, les espèces en danger critique d’extinction peuvent devenir les plus recherchées, leur rareté leur donnant encore plus de valeur sur le marché ! Lentes, particulièrement pacifistes et donc faciles à capturer, les tortues comptent sans doute aujourd’hui parmi les espèces les plus martyrisées…

Tortue (Chelonoidis porteri), Îles Galápagos (Equateur)

Tortue (Chelonoidis porteri), Îles Galápagos (Equateur)

Endiguer le braconnage

Travailler avec les gouvernements et les autorités de régulation permet d’assurer une mise en place plus effective des lois et des réglementations. Cela aide aussi à mettre en place des zones protégées pour les espèces en danger et à améliorer l’efficacité de celles qui existent déjà. C’est pourquoi, nous soutenons l’application des lois existantes régissant le commerce des espèces sauvages et contribuons à la formation des patrouilles de surveillance et au financement de leurs équipements. En parallèle, nous faisons du lobby auprès des gouvernements pour qu’ils mettent en œuvre des stratégies de conservation nationales et transnationales efficaces et apportons notre appui à la mise en œuvre de la CITES. Nous travaillons notamment au développement de moyens alternatifs de subsistance pour que les revenus des habitants ne dépendent plus des produits dérivés des tortues. Avec TRAFFIC (réseau international de surveillance du commerce des espèces), nous menons des campagnes de sensibilisation pour convaincre les consommateurs de renoncer à acheter des produits dérivés d’espèces menacées. 

Punta Vicente Roca, Îles Galápagos (Equateur)
Tortue géante des Galápagos (Geochelone nigra), Île San Cristóbal, archipel des Galápagos (Equateur)
Ile Plaza, galapagos (Equateur)

L'archipel des Îles Galápagos est un laboratoire vivant inestimable pour les scientifiques.

Chelonoidis Phantasticus est revenue

Voilà un tweet qui fait plaisir ! C’est celui de Marcelo Mata, ministre de l’Environnement équatorien, annonçant qu’un spécimen vivant d'une tortue géante que l'on pensait éteinte depuis plus d'un siècle a été découvert dans l'archipel équatorien des Galápagos. Il s’agirait d’une femelle adulte appartenant à l'espèce Chelonoidis Phantasticus. Elle a été aperçue sur une île inhabitée de l’archipel, lors d'une expédition organisée par le Parc national des Galápagos et l'ONG américaine Galapagos Conservancy. Cette espèce endémique de l’île de Fernandina était pourtant considérée comme éteinte, à l'instar de la Chelonoidis spp de l'île Santa Fe et de la Chelonoidis abigdoni de l'île Pinta.

La dernière fois que la tortue géante avait été croisée en ce même lieu, c’était en 1906 ! En 2015, l’Equateur avait fait savoir qu’une nouvelle espèce de tortue, baptisée Chelonoidis donfaustoi, avait été découverte sur les îles volcaniques des Galápagos. A l’origine de la théorie de l’évolution de Darwin, l’archipel demeure un laboratoire vivant inestimable pour les scientifiques d’aujourd’hui. Avec sa faune et sa flore uniques, il n’a pas volé sa réputation de paradis sur terre. En tout, quinze espèces de tortues géantes y ont été recensés si l’on englobe celles qui sont éteintes aujourd’hui.

Raie léopard (Aetobatus narinari), Îles Galápagos (Equateur)

Ensemble, agissons

Le WWF agit partout dans le monde afin de promouvoir le développement d’activités humaines qui respecte la planète et sa biodiversité.
Votre don est notre force.