Vue aérienne de la rivière Luilaka au cœur du Parc National de Salonga, République Démocratique du Congo
1er août 2018 : Jour du dépassement mondial
Ensemble, agissons pour l'humanité et pour la planète !

Jour du dépassement

Le 1er août 2018, l'humanité aura dépensé l'ensemble des ressources que la Terre peut régénérer en une année. C'est le Jour du dépassement. Si le monde entier vivait comme les Français, ce même jour aurait eu lieu le 5 mai 2018.

Le jour du dépassement mondial (Overshoot day)

Tous les ans, l’ONG Global Footprint Network calcule en partenariat avec le WWF « le Jour du dépassement » sur la base de trois millions de données statistiques de 200 pays. C’est la date à partir de laquelle l’empreinte écologique dépasse la biocapacité de la planète. L'empreinte écologique caractérise la surface de la Terre utilisée par l'Homme pour pêcher, élever, cultiver, déboiser, construire et brûler des énergies fossiles. La biocapacité, quant à elle, représente la surface de la planète nécessaire pour faire face à ces pressions.

Depuis les années 1970, la date du Jour du dépassement se dégrade. En 1998, elle avait lieu le 30 septembre. En 2018, elle arrive deux mois plus tôt : le 1er août. Cette date est marquée cette année par une nouvelle augmentation des émissions de CO2.

Mobilisons-nous ensemble dès maintenant pour accélérer la transition écologique !

Il faudrait 2,8 Terre si toute l'humanité vivait
comme les Français.

Depuis le 5 mai, la France est en déficit écologique

En 7 mois, nous avons pêché plus de poissons, abattu plus d’arbres et récolté plus que ce que la nature peut nous fournir en une année.
Nous avons émis plus de carbone que ce que les océans et les forêts sont en mesure d’absorber.

Si le monde entier émettait autant de carbone par ses activités, consommait autant de terres, utilisait autant de terrains bâtis que les Français, le Jour du dépassement planétaire – jour à partir duquel l’humanité a consommé l’ensemble du budget annuel mondial disponible en ressources naturelles – tomberait en 2018 le 5 Mai.

Si l’on s’intéresse strictement au territoire français et que l’on compare l’empreinte écologique de la France à sa propre biocapacité – c’est-à-dire les zones terrestres et marines du pays lui permettant d’absorber sa consommation à domicile – la France et les Français demanderaient à l’heure actuelle 1,8 fois plus à la nature que ce que les écosystèmes du territoire français sont en mesure de lui fournir. Depuis le 5 mai 2018, nous vivons à crédit.

Comprendre le Jour du dépassement en 3 minutes

Ensemble, faisons reculer le déficit

Le constat est clair : si la planète était une entreprise, elle serait en faillite. Alimentation, énergie, mobilité : dans tous ces domaines les solutions pour diminuer fortement notre empreinte sont connues et disponibles !

Forêt malgache, Parc amazonien de Guyane

Stop Montagne d'Or !

Ensemble, stoppons ces projets qui creusent la dette écologique de la France !