Forêt de Bialowieza, Pologne
Retour
24. novembre 2017

Forêt de Bialowieza : l’UE menace Varsovie de sanctions financières

La Cour de justice de l'Union européenne vient d’annoncer que la Pologne devra payer près de 100 000 euros par jour si elle continue l'abattage massif des arbres du Parc naturel protégé par l'Unesco et Natura 2000.

La dernière grande forêt ancienne de plaine d’Europe

200 à 300 arbres sont coupés chaque jour. Parmi eux, on compte des spécimens plus que centenaires.

De part et d’autre de la frontière entre la Pologne et la Biélorussie, la forêt de Bialowieza s’étend sur près de 140 000 hectares. Elle constitue la dernière grande « forêt ancienne » de plaine d’Europe, ce qui signifie qu’elle s’est maintenue de façon continue et en bon état écologique depuis plus de douze mille ans : unique en Europe, ce qui explique sa biodiversité exceptionnelle.

Inscrit sur la liste des sites classés au patrimoine mondial, ce sanctuaire de biodiversité abrite des épicéas de plus de 50 mètres de haut, des chênes et des frênes de 40 mètres, et surtout des arbres de diamètre peu fréquent dans les forêts gérées de l’Europe et quelques 12 000 espèces d’animaux, dont quelques espèces emblématiques comme le lynx, le loup et le bison, en voie de réintroduction et particulièrement emblématique du lieu.

Pourtant, le gouvernement polonais a décidé d’ouvrir cette forêt à une exploitation intensive du bois, au mépris du droit environnemental européen qui le classe site Natura 2000 et de la protection de l’Unesco. Depuis, l'entreprise Forêt d'État mène une campagne d’exploitation massive.

Sauver les forêts naturelles

Le WWF se mobilise pour stopper la dégradation des derniers lambeaux de forêts intactes en Europe.

Le WWF s'efforce d’améliorer le niveau de connaissances concernant la valeur des forêts naturelles, notamment au niveau européen (y compris dans le cadre de Natura 2000) et via un inventaire consolidé des haut-lieux. Nous mettons tout en œuvre pour prévenir et contrer les menaces telles que la déforestation pour l’aménagement d’infrastructures, le développement des usages de la biomasse-énergie incontrôlée ou encore l’exploitation du bois illégal.

Actuellement, le WWF contribue à faire comprendre l’urgence de la protection des dernières forêts naturelles d’Europe, notamment celles des pays de l’Est.

Lorsque son pays a accueilli la 41ème session du comité du patrimoine mondial de l’UNESCO en juillet dernier, le WWF Pologne a pris part au mouvement de la coalition d’ONG environnementales. Celle-ci s’était formée pour protester contre le gouvernement polonais qui a autorisé un abattage massif dans la forêt de Bialowieza au lieu de préserver ce site d’exception.

La forêt de Bialowieza constitue la dernière grande « forêt ancienne » de plaine d’Europe.

La Cour de justice européenne a condamné la Pologne

Début juillet, l'Unesco demande à la Pologne de « maintenir la continuité et l'intégrité de la forêt ancienne protégée » et de « cesser immédiatement tout abattage et exploitation forestiers dans les forêts anciennes ». Puis, c'est la Commission européenne qui prie l'État polonais de faire cesser les abattages dans Bialowieza, avant de renvoyer le cas devant la Cour de justice européenne. Le 27 juillet, celle-ci ordonne à son tour la fin des abattages dans les zones protégées par le réseau Natura 2000.

Une décision que la Cour confirme dans son ordonnance rendue le 20 novembre dernier, puisqu’elle demande à la Pologne de cesser immédiatement les opérations de gestion forestière active dans la forêt de Bialowieza, sauf cas exceptionnel et strictement nécessaire pour assurer la sécurité publique.

Si la violation de cette injonction est constatée, la Cour ordonnera au pays de payer à la Commission une astreinte d'au moins 100 000 euros par jour !

Une décision saluée unanimement par les ONG

Cette décision sans précédent de la Cour européenne a été saluée unanimement par les ONG qui ont considéré que le montant des sanctions financières était à la hauteur du préjudice environnemental causé par l’abattage massif.

Le WWF voit dans ce verdict un signal fort adressé aux États membres pour leur signifier que la dégradation d’écosystèmes à haute valeur écologique ne sera pas tolérée. Toutefois, il tient à rappeler que le cas de la Pologne est loin d’être isolé. Ailleurs, en Europe, d’autres forêts « vierges » moins connues sont soumises à des pressions tout aussi fortes. C’est le cas dans le massif des Carpates, notamment en Ukraine et en Roumanie, où des forêts sont menacées par une exploitation intensive et parfois même illégale…

Déforestation et dégradation forestière, enjeu majeur pour la planète
En savoir plus

Ensemble, agissons

Pour mieux répondre à l'urgence écologique, le WWF France oeuvre à la protection et la résilience des paysages forestiers.
Votre don est notre force.