Des pêcheurs sortent leurs filets de l'eau au crépuscule, plage de Ramena à Antsiranana, Nord de Madagascar
ADN du WWF

Adepte d'une action fondée sur le dialogue et le respect de l'autre, le WWF adopte une approche globaliste prenant en compte l’interdépendance entre l'état de la planète et le développement humain.

ADN du WWF

Ensemble, nous sommes la solution

Il reste une chance de préserver notre planète vivante pour les générations à venir. Mais il faut agir maintenant, de façon collective et à une échelle sans précédent. Chacun d’entre nous à un rôle jouer car ensemble, nous sommes la solution.

Né en 1961, le WWF est l’une des toutes premières organisations indépendantes de protection de l’environnement dans le monde. Notre expérience en tant que fondation de renommée mondiale nous a appris que le bien-être des hommes et la bonne santé de notre environnement et de la vie sauvage sont étroitement liés. C’est pour pour cela que nous adoptons une approche globaliste prenant en compte l’interdépendance entre l'état de la planète et le développement humain.

Sous l’impulsion de la navigatrice Isabelle Autissier, sa présidente depuis 2009, le WWF France agit concrètement pour préserver la biodiversité, lutter contre le changement climatique et réduire notre empreinte écologique. Notre raison d’être est de construire un avenir dans lequel l’humanité pourra vivre en harmonie avec la nature.

Parce que nous sommes convaincus que la protection de la planète ne doit pas être le monopole d’une seule organisation, nous travaillons d’une multitude de façons avec des partenaires différents dans le but de protéger la planète.
Nous travaillons avec les gouvernements pour améliorer la législation, avec les entreprises pour trouver des solutions économiques ainsi qu’avec les communautés pour aider à développer des conditions de vie durables. Nous fédérons également autour de nous des ONG internationales qui coordonnent des actions à grande échelle, les sympathisants qui rendent nos actions possibles et les consommateurs à la recherche de produits responsables.

Acteurs institutionnels
Riche de l’expérience et de la légitimité acquises à la table des négociations du Grenelle Environnement en octobre 2007, le WWF France a vocation à influencer toute décision publique intervenant dans sa sphère de compétences. Sans prise de position partisane, sinon celle de défenseur d’une planète vivante, il fait entendre sa voix tant au sein du débat national, qu’européen et international.

Décideurs économiques
Convaincu du rôle essentiel que peut et doit jouer l’entreprise dans la réduction de l’empreinte écologique, le WWF développe avec le secteur privé des relations partenariales basées sur une démarche de progrès environnemental. Pas à pas, ce processus d’accompagnement des entreprises s’élargit à une stratégie d’influence macro-économique de secteurs, filières et métiers tels que la pêche, le bois ou encore l’extraction minière.

Grand public
Le WWF se donne aussi pour mission de sensibiliser à l’environnement et d’accompagner la métamorphose des citoyens vers un mode de vie plus respectueux. Grâce notamment aux nouveaux médias à sa disposition – sites internet, blogs, réseaux sociaux, vidéos – il élargit son audience à des publics de tous âges et de tous horizons.

Ensemble, nous rallierons des millions de personnes aux quatre coins du globe pour les amener à se mobiliser et à faire entendre leur souhait d’un monde meilleur. Plus que jamais, le WWF du 21ème siècle sera axé sur les résultats, pour bâtir un monde soutenable.

Alerter, protéger, transformer

Notre but ultime est simple : construire un avenir où l’humanité et la nature vivront en harmonie.

Depuis 1973, le WWF France agit au quotidien afin d’offrir aux générations futures une planète vivante. Parce qu'il est urgent aujourd'hui de mettre un frein à la dégradation de l’environnement naturel de la planète, le WWF France intervient à différents niveaux : de la sauvegarde des milieux naturels et de leurs espèces à la promotion de modes de vie durables, en passant par la formation des décideurs et l'accompagnement des entreprises vers un développement durable.

C’est pourquoi, en cohérence avec la stratégie du réseau WWF dans le monde, le WWF France s’est doté à l’été 2016 d’une nouvelle stratégie programmatique pour les quatre prochaines années. Elle se décline sur cinq enjeux clés et trois leviers transverses.
L'heure est en effet à la transversalité : pour sauver l'ours polaire, il faut préserver la banquise et donc lutter contre le réchauffement climatique. En somme, revoir nos modes de construction, de consommation, de déplacement.

Infographie Goals et leviers (BS2020)

Cette stratégie Biodiversité et Soutenabilité 2020 (BS2020) est la feuille de route du WWF France pour les quatre prochaines années. Elle nous permettra de mieux présenter et évaluer notre impact. Les objectifs affichés par cette BS2020 sont ambitieux, mais la planète ne peut plus attendre. Qui a envie d’un monde sans éléphant ni rhinocéros, d’un monde sans forêts primaires, d’un monde victime du chaos climatique ?

Nos axes de travail

Pour sortir du « business as usual », le WWF publie tous les deux ans le Rapport Planète Vivante. Le but : dresser un état des lieux et proposer des solutions pour produire et consommer durablement.

Préserver le capital naturel
Le capital naturel doit absolument être préservé et, si possible, regagner son rôle de premier plan au sein de nos sociétés et de nos économies. Cet effort doit en premier lieu porter sur la protection et la restauration des grands processus écologiques. En effet, ils sont indispensables à la sécurité alimentaire, hydrique et énergétique, mais aussi au maintien des capacités de résilience et d’adaptation au changement climatique. La diversité des espèces et des habitats sur Terre doit également être préservée pour sa valeur intrinsèque.

Produire mieux
L’amélioration de l’efficacité des systèmes de production, destinée à restreindre fortement la consommation d’eau, de terre, d’énergie et d’autres ressources naturelles de l’homme, contribuerait à ramener l’empreinte écologique de l’humanité à un niveau compatible avec le respect des limites écologiques.

Consommer plus raisonnablement
Pour vivre sans franchir les limites écologiques de la Terre, encore faut-il que les habitudes de consommation s’harmonisent avec la biocapacité de la Terre. De ce point de vue, la première des priorités consiste à comprimer drastiquement l’empreinte écologique des populations à haut revenu, notamment leur empreinte carbone. L’évolution des régimes alimentaires au sein des populations les plus aisées et la réduction du gaspillage alimentaire sont aussi cruciales.

Réorienter les flux financiers
Trop souvent, la surexploitation des ressources et la dégradation, voire la destruction des écosystèmes font les affaires d’une minorité à court terme. Conséquence : les avantages retirés de la protection du capital naturel à long terme sont tout simplement ignorés, du moins dans leur dimension économique. L’affectation des financements doit donc désormais être pensée dans un sens plus favorable à la conservation et à la gestion durable des écosystèmes : il y va de la préservation du capital naturel d’une part, de l’adoption de meilleurs choix de production et de consommation de l’autre. Et aussi, ne l’oublions pas, de l’avenir des générations futures.

Instaurer une gouvernance équitable des ressources
La gouvernance équitable des ressources représente le second facteur essentiel pour diminuer leur usage et les partager, sans compromettre les capacités de régénération de la planète. L’élévation du niveau de santé et d’éducation, combinée à l’élaboration de plans de développement économique viables doivent s’inscrire dans des cadres juridiques et politiques procurant un accès équitable aux ressources alimentaires, hydriques et énergétiques, et bénéficier du soutien de processus inclusifs garantissant l’usage durable des terres.
Enfin, la gouvernance équitable des ressources risque de rester lettre morte si les notions de bien-être et de réussite gardent leur signification actuelle. En d’autres termes, si elles continuent d’exclure la santé des personnes, celle de la société et l'environnement.

Infographique des interactions du WWF avec les différents acteurs

Ce que nous sommes

Nos valeurs sont au cœur de notre action. Nous nous efforçons de les mettre en évidence dans tout ce que nous entreprenons.

Le WWF est une organisation mondiale : nous sommes connectés et opérons au-delà des frontières, sur des environnements et des cultures de tous horizons de façon à pouvoir forger des partenariats et mobiliser les individus, les communautés, les ONG, les corporations et les gouvernements. Nous ne nous contentons pas seulement d’identifier les problèmes, nous mettons à profit notre expérience, nos partenariats et nos connaissances scientifiques pour trouver des solutions en nous axant surtout sur des objectifs, des politiques et des résultats accessibles, en étant créateurs de solutions. Nous avons une vision globale : nous ne considérons pas les problèmes environnementaux de façon isolée, nous traitons aussi les causes et les effets tant sociaux qu’économiques ou encore politiques grâce à notre approche intégrée.

En un demi siècle, le WWF s'est imposé comme un des acteurs majeurs de la protection de l'environnement. Il bénéficie du soutien de près de 6 millions de membres dans le monde. Fort de ce soutien et de son expertise, il a contribué à l'aboutissement de nombreuses avancées significatives au service de la protection du monde naturel.

Le CODE WWF