Nos rapports d’activité

Chaque année, nous publions un rapport annuel qui présente le bilan des activités du WWF France et notre engagement au service d'un monde où hommes et femmes vivent en harmonie avec la nature.

L'édito d'Isabelle Autissier, Présidente du WWF France

Merci de votre soutien qui ne faiblit pas. Il est la marque de votre confiance et la condition de nos succès communs.

Portrait d'Isabelle Autissier

« Ce rapport d’activité ne se fera pas à deux voix cette année. Après plus de trois ans à nos côtés, Pascal Canfin a quitté ses fonctions de directeur général pour voguer vers d’autres horizons où il portera avec succès – j’en suis sûre – son ambition de créer les conditions d’une transition écologique juste. Le Conseil d’administration, ainsi que les équipes, se joignent à moi pour le remercier de son engagement à nos côtés. Pendant ces trois années, le WWF France a connu un développement accéléré et n’a eu de cesse d’étendre son influence.

Depuis septembre 2019, nous avons le plaisir d’accueillir au poste de directrice générale, Véronique Andrieux, qui relève le gant.

Entre Juillet 2018 et juin 2019, période couverte par ce rapport d’activité, l’histoire a donné l’impression de s’emballer : démission de Nicolas Hulot, émergence d’un mouvement mondial de la jeunesse pour le climat avec Greta Thunberg en chef de file, nouveaux chiffres alarmants du Rapport Planète Vivante, puis du rapport de l’IPBES, feux gigantesques ravageant les forêts du Portugal mais aussi de la Scandinavie et de la Sibérie, canicules récurrentes… nous sentons bien que quelque chose d’irréversible est en train de se produire, là sous nos yeux. En deux ans, l’état de la planète est devenue une préoccupation centrale, partagée par tous. Le sentiment qu’il n’y a plus beaucoup de temps pour agir et éviter le pire gagne du terrain. Cette prise de conscience soudaine s’accompagne parfois de colère et de désespoir. Mais nous voyons, dans le même temps, de plus en plus de citoyens, de collectivités, d’organisations et d’entreprises se lancer avec détermination dans la transition écologique.
Dans ce contexte, la responsabilité du WWF est encore plus grande pour proposer des solutions, tant pour protéger les espèces sauvages et les espaces, que pour transformer nos modes de production.

La science n’a de cesse de nous alerter sur les périls qui sont sur le pas de notre porte. En 2018, le jour du dépassement mondial est survenu le 1er août, rappelant que l’humanité a vécu à crédit pendant près de 5 mois en raison d’un mode de vie, principalement dans les pays développés, incompatible avec les limites planétaires. Le WWF France a montré, dans un rapport publié cette année, que notre pays a contribué indirectement à la déforestation mondiale à hauteur de près de 5,1 millions d’hectares de forêt, soit environ deux fois la superficie de la Bretagne. Cette déforestation importée est le résultat de notre consommation de sept matières premières : le soja, le cacao, le caoutchouc naturel, le bois, la pâte à papier, le cuir ou l’huile de palme.
Pour améliorer les pratiques des entreprises et atténuer, de fait, la pression qu’elles exercent sur la nature, nous avons créé la Plateforme Internationale pour un Caoutchouc Naturel Durable ainsi qu’un groupe de travail rassemblant les acteurs clefs de la filière soja.

La transformation passe aussi par les campagnes citoyennes. Après deux ans de mobilisation intense via notre campagne #StopMontagnedOR, nous avons obtenu l’abandon d’un projet de mine d’or industrielle au cœur de l’Amazonie française. Nous continuons à travailler pour proposer des solutions d’activités durables pour les guyanais.
Autre problème pris à bras le corps : la pollution plastique. Après avoir rejoint le Pacte national sur les emballages plastiques, visant à trouver des solutions à l’échelle industrielle pour réduire cette contamination, nous avons publié deux rapports de référence. Leur objet ? Expliciter l’impact de ce fléau et alerter l’opinion publique sur son ampleur. Ces quelques exemples reflètent bien notre philosophie. L’inquiétude est légitime mais la meilleure façon d’y répondre est de nous engager car il y a énormément de choses sur lesquelles nous pouvons agir concrètement et trouver des solutions.
Dans ce moment crucial, le WWF bénéficie d’une position unique et stratégique. Nos propositions sont des solutions crédibles, reposant sur une analyse scientifique, des connaissances solides et une expérience de terrain. Elles fédèrent autour de nous la plupart des acteurs publics et privés. Peu d’organisations bénéficient de ce capital de confiance et de cette capacité à entraîner des acteurs divers autour d’un projet collectif.
Rien ne se serait pire que de nous laisser aller à une forme de fatalisme ou de renoncement. Les crises qui approchent trouveront leurs solutions dans nos organisations humaines et les valeurs qu’elles portent. La trajectoire de l’humanité n’est pas écrite, elle peut encore être corrigée. La mobilisation de la jeunesse qui a fleuri aux quatre coins de notre planète est singulièrement porteuse d’espoirs. Elle s’illustre également dans le renouvellement de nos équipes, majoritairement issues désormais de la génération du rapport Brundtland. Ce document historique, publié en 1987, dans lequel apparait pour la première fois la notion de développement durable. 

Face à une telle mobilisation, j’ai envie de faire mienne cette intuition de Victor Hugo : « on n’arrête pas une idée dont le temps est venu ». Car oui, il est temps, enfin, de vivre en harmonie avec la nature, pour le bien des sociétés humaines.
Ensemble, plus que jamais, nous sommes la solution.

Merci de votre soutien qui ne faiblit pas. Il est la marque de votre confiance et la condition de nos succès communs. »

Passerelle dans le parc national de Serra dos Orgaos (Brésil)

Notre dernier rapport d'activité

Découvrez les temps forts du WWF France tout au long de l'année fiscale 2018- 2019, notre feuille de route et nos bilans financiers.