Nos rapports d’activité

Chaque année, nous publions un rapport annuel qui présente le bilan des activités du WWF France et notre engagement au service d'un monde où hommes et femmes vivent en harmonie avec la nature.

L’édito d’Isabelle Autissier et Véronique Andrieux

Votre mobilisation à nos côtés nous fait chaud au cœur. Dans le combat pour la stabilité climatique, le maintien de la biodiversité, de la forêt, des océans, nous vous savons aussi déterminés que nous.

« Que dire de la période qui vient de s’écouler, sinon qu’elle fut celle de tous les superlatifs ! Entre juillet 2019 et juin 2020, séquence couverte par ce rapport d’activité, nous avons battu de tristes records. Des pics de chaleur exceptionnels, des événements climatiques extrêmes et un recul des glaces sans précédent en raison des gaz à effet de serre produits par les activités humaines. D’après le rapport de l’Organisation météorologique mondiale (OMM), 2019 est sur le podium des années les plus chaudes enregistrées depuis 1850.

Le changement climatique et des cycles météorologiques défavorables ont généré une sécheresse inhabituelle, un faible taux d’humidité et des vents forts, particulièrement propices aux feux. Jamais autant d’hectares ne s’étaient embrasés en si peu de temps. Après ceux de l’Amazonie durant l’été, les brasiers australiens sont devenus incontrôlables dès le début de l’automne. Tragédie mondiale, plus d’un cinquième des forêts australiennes est parti en fumée. Des centaines de kangourous bondissant pour fuir les flammes, des opossums et wombats couverts de brûlures, des koalas assoiffés courant sur les routes, hagards... Les images de ces fournaises dantesques ont marqué nos esprits à jamais. Les conséquences sont environnementales, mais aussi sanitaires et climatiques. Des milliers de mégatonnes de CO2 ont été rejetées dans l’atmosphère, ainsi qu’une combinaison de particules, de monoxyde de carbone et d’autres polluants particulièrement nocifs pour la santé de toute vie sur la planète. 

Mais un malheur en chassant un autre, peu de temps après, c’est la pandémie de COVID-19 qui s’est abattue sur le monde, générant une crise sanitaire, sociale et économique inédite. L’épidémie n’a fait que confirmer ce que nous savions déjà : on ne peut vivre en bonne santé sur une planète malade. Chaque jour, les activités humaines grignotent les écosystèmes naturels, réduisant le territoire des espèces sauvages qui sont amenées à se rapprocher des populations humaines, augmentant ainsi les risques de contamination. La destruction de l’environnement contribue à l’émergence de zoonoses, ces maladies transmises de l’animal à l’homme. Tandis que le monde sauvage décline à un rythme effarant, c’est notre assurance vie que nous mettons en jeu. Pourtant, protéger et restaurer la nature contribue à la résilience, la santé, la création d’emplois et la réduction des inégalités. 

Cela, heureusement, les 165 000 personnes qui ont participé à notre grande consultation « Inventons le monde d’après » l’ont bien compris. En avril, elles ont dessiné des propositions concrètes pour un avenir qui rime avec droits économiques et sociaux. Cette mobilisation massive nous a redonné espoir, renforçant le sens de notre action, mais elle a aussi amplement nourri notre plaidoyer pour un plan de relance vert et inclusif qui permette à la France d’accélérer sa transition écologique, tout en favorisant la reprise économique. Rénovation énergétique des bâtiments, développement des énergies renouvelables, soutien à l’électromobilité, aux transports en commun et au vélo, promotion de l’agriculture bio ou encore du tourisme vert... Dans notre rapport « Monde d’après : l’emploi au cœur d’une relance verte », qui s’appuie sur l’ensemble des propositions remises par les citoyens, nous démontrons qu’un plan de relance qui mise sur la transition écologique permettrait de soutenir plus d’un million d’emplois d’ici la fin du quinquennat !

Après le temps de l’urgence, voici venu le temps de la réflexion. Cet étrange arrêt sur image qu’a soudain induit le confinement a aussi été une formidable occasion de nous interroger sur les raisons profondes de cette crise. Depuis des décennies, les alertes se font plus précises sur le non-sens de nos modèles économiques qui sapent les fondamentaux de la vie. Cette parenthèse doit au moins servir à préparer un avenir plus stable et résilient sur le plan environnemental et plus équitable sur le plan humain.

Plusieurs grands rendez-vous s’annonçaient en 2020 pour la protection de l’environnement. Crise sanitaire oblige, les agendas ont été bousculés. La Conférence de l’ONU sur la biodiversité COP15 ainsi que le Congrès mondial de la nature de l’UICN sont reportés à l’automne 2021. Qu’à cela ne tienne, nous sommes prêts, plus que jamais résolus à faire entendre notre voix. Nous porterons la nécessité d’un véritable New Deal pour les populations et la nature. Un mouvement collectif qui s’attaque aux fondements des causes du déclin de la vie sauvage. Un accord mondial ambitieux sur la protection de la nature, disposant de cibles claires et de mécanismes de mise en œuvre garantissant leur atteinte. Dès aujourd’hui, nous appelons les décideurs, les entreprises et le secteur financier à prendre leurs responsabilités vis-à-vis de la sauvegarde de notre patrimoine mondial, car les décisions qu’ils prendront au cours de la séquence 2021 auront des implications profondes sur la conservation des espèces sauvages et des milieux naturels, et donc sur notre propre bien-être.

Soyons ambitieux : ensemble, mettons un terme à la dégradation du vivant. Alors, seulement, nous pourrons bâtir un monde où l’Homme vit en harmonie avec la nature.
Votre mobilisation à nos côtés nous fait chaud au cœur. Dans le combat pour la stabilité climatique, le maintien de la biodiversité, de la forêt, des océans, nous vous savons aussi déterminés que nous.

Soyez-en remerciés. Ensemble, nous sommes la solution ! »

Isabelle Autissier
Isabelle Autissier
Présidente du WWF France
Véronique Andrieux, Directrice Générale du WWF France
Véronique Andrieux
Directrice générale du WWF France
Coucher de soleil derrière un arbre dans la réserve de Selous

Notre dernier rapport d'activité

Découvrez les temps forts du WWF France tout au long de l'année fiscale 2019-2020, notre feuille de route et nos bilans financiers.